Mark Cunningham

13032010

 

 

 

Mark Cunningham

http://love-bodysurf.skyrock.com/1.html

S’il existe un bodysurfer qui force le respect dans le milieu du surf hawaiien, c’est bien Mark Cunningham. Lifeguard sur le North Shore pendant plus de vingt ans, il est l’un des maîtres incontestés de Pipeline. Que d’éloges n’ont été dits sur ce personnage plutôt filoforme avec ses 1 m 90 pour 73 kg. Il est incontestablement celui qui a le mieux maîtrisé cette vague en bodysurf. Un style tout en douceur et en glisse lui donne toujours la ligne parfaite, même lorsque la vague se met à creuser. Son bras directeur s’appuie sur l’eau, tandis que son bras arrière se dresse vers le ciel. Dans cette position en croix qui est sa signature, sa vitesse et sa grâce deviennent incomparables. Pas de figures ni de spirales frénétiques, mais après un take-off tout en puissance, Cunningham laisse la part belle à la glisse, son but étant de surfer chaque vague jusqu’au bout. Son art dans les grosses vagues est si frappant, tout en paraissant sans effort, qu’il semble transcender les limites humaines et il est un de ceux qui a passé le plus de temps dans le tube de Pipeline. Personnage discret, Mark a passé la plus grande partie de sa vie en quête d’harmonie et il ne connaît rien de plus fort comme sensation que de s’attaquer aux grosses vagues en ne comptant que sur sa forme physique, ses palmes et son expérience de nageur. « C’est tellement merveilleux d’être immergé là-dedans, déclare Cunningham, c’est tellement plaisant, revigorant, relaxant, pour moi. Bon Dieu, simplement cette sensation de l’eau qui court sur ta poitrine comme jaillie d’une lance d’incendie. Le sentiment de vitesse est phénoménal ; juste passer dans le chas de l’aiguille à travers ces ouragans d’écume, tourbillonnant sur eux-mêmes et cherchant à t’embarquer… Traverser le shore break (vagues proches du bord) en nageant, plonger sous les vagues qui ferment, faire face à une montagne d’eau qui lève et attendre l’ultime seconde pour passer dessous… Tout cet enchaînement de situations est pour moi comme une danse. » Mark Cunningham est d’autant  plus représentatif du bodysurf moderne que son autre passion est le sauvetage. Des centaines de vies sauvées, dans toutes les conditions et les situations, depuis ses débuts comme sauveteur ; ce qui fait dire à Gerry Lopez, l’autre « Monsieur Pipeline », qu’au moins une fois par hiver, on devrait payer son dû à cet homme et lui laisser la vague. Que les autres regardent… Même s’il n’est pas insensible aux compliments, l’homme n’est pas de ceux qui se mettent en avant. Une fois au bon endroit, il laisse la chimie opérer : « Bien choisir, se positionner, nager sur place, le sprint d’une décharge électrique, battre des jambes pour une bonne trajectoire. Les pieds sont serrés et affûtés dans la gomme dure des palmes. Flotter sans poids, ni assis ni debout, mais dedans. Onduler souplement comme personne, puis se tendre, se contorsionner sous l’eau et rebondir à la surface du mur. Massé par la pression de l’eau et stimulé par la puissance marine… » Dans les années 1980, Cunningham se retrouve souvent seul en bodysurf (sans surfeurs à l’eau) dans les vagues Pipeline, tout juste armé d’une paire de palmes. C’est un homme discret, qui semble en osmose avec les houles ; il est admiré et respecté par les grandes figures du North Shore. Les meilleurs surfeurs le considèrent comme un des leurs. Jeff Johnson se souvient de l’avoir vu nager et bodysurfer seul à Pipeline : « Ça semblait juste un peu de natation ordinaire pour Mark, même dans le gros ». En décembre 1994, Cunningham a été récompensé pour sa contribution au monde du surf en recevant le prestigieux trophée du Waterman Aikau présidé par George Downing et la famille Aikau. Devenu capitaine de tous les lifeguards, Mark est à la retraite mais n’en participe pas moins activement à la sécurité et l’encadrement des manifestations aquatiques sur le North Shore avec la « Water Patrol ». À plus de 50 ans, Mark bodysurfe toujours dans des grosses vagues, du 15 pieds hawaiiens, et conserve son style « en flèche ». Il œuvre également pour la préservation de la côte nord d’Hawaii à travers le mouvement « keep the contry country », tenant d’empêcher la privatisation des accès à la plage ou les constructions sur le littoral.

Source : PASSION BODYSURF – Le corps et la vague ; Marc Muguet & Hugo Verlomme. Pages 92 & 93. Editions Yago.

 

 

Voir aussi : Legendary surfer

 

 

Quelques photos :

Mark Cunningham « lifeguard »

200705afwlrules001.jpg

Source : cliquer sur la photo.

 

forweb0224fixedresized.jpg

Source : cliquer sur la photo.

 

Plus de photos…

 

Vidéos :

Mark Cunningham Bodysurfing Pipeline

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Mark Cunningham bodysurf

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Mark Cunningham Bodysurfing rare footage from 1982

Image de prévisualisation YouTube

 

 

MARK CUNNINGHAM BODYSURFING SUMATRA

 

Plus de vidéos…

 

Quelques citations :

 

« Nous avons été nombreux à regarder Mark Cunningham bodysurfer Pipeline dans les années 70 et nous étions convaincus qu’il était le seul capable de faire ça.

Il est le grand maître incontesté, mais en apprenant quelques unes de ces techniques, nous avons découvert que nous pouvions maîtriser une chute en accrochant le flanc de la vague, en visant le rouleau.
Vu de là, avec la tête au niveau de l’eau c’est le plus fabuleux spectacle de surf ».

- Bruce JEENKINS -

 

« Tu es comme un morceau de l’océan. Après tout, de quoi le corps humain est-il fait? D’eau.

La composition des fluides corporels et celle de l’océan est très similaire. Et maintenant, vous êtes trouvés.

Alors vas-y mon gars, ou tu vas rater le train… »

- Mark CUNNINGHAM -

 

« Je l’ai vu au-dessus de lui battre les vagues
Et chevaucher leur échine ; il parcourait l’onde
Qu’il jetait de côté, haineuse, il affrontait
Les assaults de la houle énorme, maintenait
Au-dessus des flots querelleurs sa tête fière
Et, de ses bras puissants, ramait avec vigueur
Vers la côte qui, sur sa base usée des vagues,
S’inclinait, eût-on dit, pour lui porter secours.
Comment douter qu’il ait, vivant gagné la Terre.? »

- William SHAKESPEARE -

 

 

PAGES | ACCUEIL

 




Waterman

6032010

 

 

 

Devenez un héros de l’eau !

«  UN WATERMAN « 

 

10773234341.jpg

 

Qu’est ce qu’un waterman ?

 

C’est une personne qui sait nager, surfer, bodysurfer, pêcher…

Il maîtrise son environnement, l’eau !

 » Le waterman va dans les grosses vagues, surfe, sauve des vies, nage, rame, c’est un « homme de l’eau » accompli. « 

Source: BODYSURF- Aux origines du surf.

 

 

 Laird Hamilton (cliquez) > WATERMAN !

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Nous pouvons faire un rapprochement entre le bodysurfeur et le dauphin

 

photodd.jpg

 Source : livre “PASSION BODYSURF”.

 

 

Le bodysurf, est une discipline entre le surf et la natation

 

bodysurf8ii5.jpg

 

 

 Alain BERNARD  » nageur, surfeur et bodysurfeur ! « 

alainbern.jpg

Sources photos : cliquez sur celles-ci


 

 LE BODYSURF la base du WATERMAN et

du SURFEUR !

 

 

Pour preuve, voir ce lien : http://blog.surf-prevention.com

 

 

 

PAGES | ACCUEIL




Rêve bodysurf

6032010

rve.jpg

 

Avez-vous déjà fait l’expérience de ces rêves, où les couleurs et les sensations sont exacerbés, ces rêves réels et transcendants qui sont de véritables voyages, où l’on a l’impression d’avoir vécu ? On est transporté ailleurs pour un moment spécial, (où parfois on “rencontre” même des gens), et on se réveille le lendemain matin, comme “réintégré”, “réintroduit” dans notre vie normale, avec le souvenir de cette expérience extraordinaire.

Voici un rêve que j’avais noté le lendemain matin au réveil. 

Qui peut dire où s’arrête la réalité, et où commence le rêve ?

C’est d’ailleurs, Kelly Slater qui a dit “j’ai toujours pensé qu’on pouvait s’améliorer sans surfer, en regardant du surf, en y pensant, ou en y rêvant. J’ai l’impression que je me suis beaucoup amélioré rien qu’en l’imaginant et en le ressentant dans mon corps.”


“Cette nuit, j’ai surfé. Mais où était-ce ? En fin de nuit, j’étais dans les vagues. Je ne sais pas si j’étais seule, je crois qu’il y avait sûrement un ami bodyboarder dans le coin. C’était confortable, sûrement chaud et douillet. J’étais en bodysurf. J’ai prit de grosses vagues en essayant plusieurs techniques, avec le torse qui dépassait de la vague, en travers. Je voyais la plage. Ensuite j’ai essayé de me caler parfaitement à l’intérieur de la vague, à l’horizontale, comme un dauphin. A ce moment là j’ai ouvert les yeux, pour voir la plage en transparence. Parfois je me faisais rouler dans les turbulences, tout était noir et sans bruit. Je fermais les yeux. je n’avais pas peur et pas de problème de respiration. Dans cet environnement presque moelleux, la seule peur que j’avais était de heurter le fond rocheux. Je me revois nager sous la surface comme un poisson en rasant le fond, la plage face à moi. Impression d’être dans 50cm d’eau. Vision de mi air/mi eau. J’ai surfé une dernière vague, (c’était toutes des gauches, j’étais contente car je suis goofy, mais ça n’avait pas d’importance en bodysurf). Je filais dans le curl, je sentais que la vague allait bientôt me recouvrir, que j’allais être enfermée dans le tube. L’arche était derrière moi, elle allait bientôt me rattraper. Enfin, elle m’a dépassée. J’étais pleine de curiosité, d’excitation. J’allais enfin voir le fameux tube. J’ai donc eu devant moi la vague percée, dont l’ouverture se rétrécissait. Dans cette “fenêtre”, il y avait la plage. Le contour était noir. Je me suis dit : “Profite de cette vision le plus longtemps possible !” Jusqu’à ce qu’il faille retraverser la paroi de la vague.

Ensuite, tout s’est évanoui en douceur.”

Marine.
 

SOURCE : http://marinedream.unblog.fr/tag/dreamtime/







worldfoot |
electrotouka |
Ju-Jitsu Combat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques (Ligue 1 - Ligue...
| sport news
| TST LÉZARDRIEUX